Un spectacle chorégraphique et théâtral

Conception, chorégraphie et scénographie Gisèle Vienne

Dans une free party hypnotique, Gisèle Vienne ralentit les corps de quinze danseurs sur de la techno des années 90. Un rituel communautaire, aussi chorégraphique que théâtral.

Sur un plateau terreux trainent bouteilles, canettes et déchets. Des jeunes gens épars, en jeans et sweaters, semblent errer dans la nuit sans fin d’une free party. Pris dans l’énergie de la danse, abandonné aux effets de l’alcool et des drogues, chaque personnage vit ses micro-histoires au sein de la communauté. Ils s’aiment, se déchirent, s’isolent, s’enlacent. Une histoire sans parole traversée par tous les états, de l’extase à la violence. Le travail de l’artiste franco-autrichienne, si singulier, transcende les genres – danse, marionnettes, théâtre, musique. Elle construit un rituel païen chorégraphique, saturé de beats technos, dont la bande-son s’inspire des pionniers du mouvement, de Berlin à Detroit. Le slow motion – cette technique cinématographique de ralentissement du mouvement – sert de motif hypnotique à cette pièce très grand format. Gros plans, focus, arrêts et cuts façonnent le regard du spectateur. Cette rave prend alors des contours troubles, entre vivant et trafiqué, nostalgie des nineties et ultra-modernité. Comme toujours avec Gisèle Vienne, son théâtre en mouvements, tout en variations de rythmes et de lumières, impose son atmosphère et envoie des décharges électriques charnelles.

source : TnBA

  • jeudi 20 janvier 2022
  • à 19h30
  • au TnBA
  • sur réservation sur le portail du Tauzin (nombre de places limité)